LA PRESSE EN PARLE

“Un modèle de théâtre comique et populaire (...) Un moment de théâtre et de légèreté qui réconcilie avec le genre humain.”​

 

—  CORSE MATIN

"Hommes au bord de la crise de nerfs"

SPECTACLE
Hommes au bord de la crise de nerfs

Quatre pieces en un acte de Feydeau

Mise en scène de Raymond Acquaviva
Spectacle tout public 
RÉSUMÉ - LES PIECES
On purge bébé
C'est le couple industriel, celui du fabricant de porcelaine, sur le point de recevoir à déjeuner un commanditaire qui doit lui signer un gros contrat et qui voit l'heure passer alors que sa femme, toujours en chemise de nuit, bigoudis sur la tête et seau hygiénique à la main, le houspille au sujet de la constipation de Toto, leur fils.
Feu la Mère de Madame
C'est le couple populaire, celui du caissier des Galeries Lafayette, qui rentrant d'un bal costumé en Louis XIV, à quatre heures du matin, voit sa femme lui faire une scène, alors que, pendant le combat, un valet vient annoncer à Madame la mort de sa mère.
Mais n'te promène donc pas toute nue !
C’est le couple politique du député de gauche, qui devrait bientôt avoir le portefeuille de la Marine, mais dont la femme a la fâcheuse tendance de se promener en chemise transparente dans l’appartement, alors que Clemenceau, son collègue à la chambre, habite en face et qu'un journaliste doit venir l’interviewer.
Hortense a dit : « Je m'en fous ! »
C’est le couple bourgeois d’un dentiste, avec une clientèle conséquente, qui est sans arrêt dérangé dans les soins donnés à ses patients, par sa femme qui veut absolument que son mari renvoie Hortense, la bonne, car elle lui a répondu "Je m’en fous !".
FICHE TECHNIQUE

        Cliquez ici pour télécharger

DOSSIER DIFFUSION / PRESSE

        Cliquez ici pour télécharger

NOTE D'INTENTION
DISTRIBUTION
AUTEUR

Georges Feydeau

ASSISTANT METTEUR EN SCENE 

Florent Mousset

AVEC 

Maxime Béhague

Christophe Charrier

Aurélie Frère
Lucas Hénaff

Marion Jadot

Jérémie Laure

Marie-Camille Soyer

Juliette Storai

Michaël Zito

DIRECTION MUSICALE 

Christophe Charrier

 

PIANO 

Quentin Morant

Dire que Georges Feydeau est le plus grand de nos vaudevillistes est une évidence. Mais plus que cela, il est même devenu un classique de notre littérature théâtrale au même titre que Molière. L'art de sa plume nous a donné des répliques à la drôlerie corrosive entrainant des cascades de rires où les amants et les maîtresses virevoltent au gré de quiproquos huilés dans une mécanique diabolique.

Il a écrit des pièces en un acte, nous plongeant dans l’intimité et le quotidien des ménages des années 1900. La cohésion de ces couples n’est pas mise en cause par des liaisons annexes, mais par le caractère même des deux éléments du couple. L’homme travaille et la femme est au foyer, mais cela ne l’empêche pas de revendiquer haut et fort son droit à l’existence et à la liberté. Le mari voit ici son autorité battue en brèche par sa femme qui, pour marquer son territoire, affirme péremptoirement des contre-vérités d’une drôlerie irrésistible.

C’est l’époque où le féminisme commence à frémir avec un regard différent porté sur la condition des femmes. Rendre hommage à nos arrières-grands-parents dont le sacro-saint couple basé sur la toute puissance de l'homme se lézardait face aux coups de boutoir portés par des femmes éprises de liberté.

BANDE-ANNONCE N°1
On purge bébé et Feu la mère de Madame
BANDE-ANNONCE N°2
Hortense a dit : "Je m'en fous !" et Mais n'te promène donc pas toute nue !
Des situations délirantes où les mots d’esprit fusent,
où l’agitation est à son comble 
et où les hommes sont au bord de la crise de nerfs !

© 2017 Compagnie Raymond Acquaviva - Tous droits réservés.  // Webdesign réalisé par Amigalis Art

  • Facebook Social Icon